Habitat

Des Pyrénées aux Carpates

Si l'origine du genre narcisse se situe dans le bassin méditerranéen, l'aire de répartition actuelle des différentes espèces de narcisses recouvre une bonne partie de l'Europe centrale et méridionale. A la fin de la dernière glaciation (il y a 15'000 ans), lorsque les glaces libérèrent nos contrées, le réchauffement climatique permit aux plantes de regagner nos régions. Le climat océanique favorisa la jonquille, la nivéole et le narcisse. L'homme commença ses premiers défrichements et les ouvertures créées dans la forêt favorisèrent l'implantation d'espèces appréciant la lumière.

Ainsi, les prés entretenus par nos ancêtres ont favorisé la multiplication des narcisses. Jusqu'au siècle dernier, ils ont conquis les vastes prairies que les paysans fauchaient partout en Europe. Rappelons que le foin était une des énergies de base de la civilisation européenne puisque chevaux et boeufs en consommaient de grandes quantités (du bio-carburant avant l'heure!).

En Europe, on compte plus d'une dizaine d'espèces de narcisses différentes, et six, rien qu'en Suisse.

Sur la Riviera vaudoise

Chardonne et le Mont-Pèlerin

Les premières belles prairies à narcisses de la Riviera sont à découvrir au sommet du Mont-Pèlerin, sur ce contrefort des Préalpes. La morphologie en terrasses offre des paysages uniques : les cordons boisés protègent du regard de discrètes prairies et champs.

Sur le flanc ouest, l'intensification de l'agriculture, avec la mise en culture de nombreuses prairies, la fauche précoce et la pâture ont eu raison des prairies à narcisses. Mais on trouve encore quelques survivants réfugiés dans les haies qui leur offrent quelque protection. Et pour qui cherche bien, il existe encore au moins deux belles parcelles...

Narcisses sur le versant Ouest du Mont-Pèlerin

Narcisses sur le versant Ouest du Mont-Pèlerin.

Sur le flanc est, en direction d'Attalens, c’est une succession parfaite de terrasses. Plus on descend, moins on voit de narcisses, à part quelques remarquables prairies qui sont encore fauchées tardivement.

St-Légier, Blonay et les Pléiades

Sur le versant nord des Pléiades se succèdent des clairières avec quelques replats discrets, tels les Corbassires. Les Conversions offrent une vue dégagée sur le plateau et les Préalpes fribourgeoises. Champs de ski en hiver et de narcisses en mai-juin, les ouvertures dans la forêt se succèdent jusqu'à la Cuvette. Vers le sommet des Pléiades, les narcisses se font plus discrets.

Le secteur de Lally est une mosaïque de prairies à narcisses, de pâturages et de résidences secondaires. Le train Vevey – Les Pléiades traverse cette zone où les prairies à narcisses sont nombreuses.

Narcisses sur le versant Ouest des Pléiades

Narcisses sur le versant Ouest des Pléiades.

A Ondallaz et à Fayaux surtout, les narcisses ont disparu des pâturages. On en trouve encore quelques-uns à Pré-Joffrey et à Croset.

Les hauts de Montreux

Sur le plateau du Vallon-de-Villard, favorable à l'agriculture, se trouvent encore quelques beaux champs de narcisses. La neige de mai sur l'Aversan jusqu’aux Prés de Billens est encore visible depuis Vevey par temps clair.

De Sonloup aux Avants, quelques discrètes prairies à narcisses sont à découvrir dans les clairières, du côté du Cubly.

Narcisses sur le versant Sud du Cubly

Narcisses sur le versant Sud du Cubly.

De l'autre côté de la Baye de Montreux, Nermont présente de magnifiques champs de narcisses. Les Hauts-de-Caux ont aussi leurs prairies à narcisses, là où les moutons n'ont pas remplacé la faux.