La motion Bongard

Membre du comité de l'association, Michel Bongard est également membre du conseil communal de Montreux. A ce titre, il a déposé une motion le 26 janvier 2005 intitulée Les prairies à narcisses de la commune de Montreux : un patrimoine paysager et touristique à sauvegarder avant qu’il ne soit trop tard. M. Bongard propose une protection plus efficace des prés à narcisses en complétant les paiements directs fédéraux et cantonaux destinés aux exploitants agricoles par des paiement complémentaires communaux.

En effet, les paiements directs ne sont actuellement pas suffisants pour encourager les agriculteurs à laisser leurs prés à narcisses en exploitation extensive, car le maigre foin qu'ils produisent n'est pas assez rentable. Dès lors, ces prés sont mis en pâture, avec pour conséquence la disparition des narcisses par le piétinement du bétail.

La motion propose donc de compléter ces paiements directs par un paiement complémentaire communal. M. Bongard espère ainsi intéresser d'avantage les exploitants à préserver leurs prés à narcisses.

  • Le texte du développement de la motion déposée le 26 janvier 2005, lors de la séance au conseil communal le 23 février 2005.

Pâturage au Vallon de Villard

Au printemps 2008, la Municipalité de Montreux propose au Conseil communal d'adopter un concept de sauvegarde des narcisses par voie de préavis (N° 08/2008).

La municipalité ne peut que constater le déclin des narcisses, malgré les efforts consentis ces dernières années par un certains nombres d'actions, tel que les versements directs ECOPREST. En fonction des critères prioritaires basés sur l'abondance, de la visibilité et d'une répartition équitable sur tout le territoire de la commune, la municipalité propose des mesures de protections auxquels pourraient souscrire les exploitants, tel que la fauche extensive ou la pâture extensive à partir d'une date avancée dans la saison.

La municipalité propose donc des contrats de protection aux exploitant d'une durée de 6 ans. La contribution financière de la commune s'élèverait en moyenne à CHF 600.- par année et par hectare. Estimants qu'un minimum de 100 hectares sont à protéger, la commune attribuerait environ CHF 60'000.- par année aux exploitants et propriétaires pour la protection des narcisses. Afin de mettre en oeuvre ces prestations, un bureau spécialisé doit être nommé pour élaborer le concept de protection, pour contacter les propriétaires et établir les contrats d'indemnisation.

Lors de sa séance du 23 avril 2008, le conseil communal décide de nommer une commision pour examiner le préavis de la municipalité.

  • L' intervention de M. Michel Bongard lors de la séance du 23 avril 2008.

Bétail aux Avants, 4 avril 2008

La commission se réuni le 14 mai 2008. Après consultations de diverses parties, dont des exploitants, la commission rend son rapport et recommande au Conseil communal d'approuver le préavis de la municipalité. Par conséquent, elle recommande au Conseil d'autoriser la municipalité à entreprendre une étude de sauvegarde des narcisses et d'inscrire au budget 2009 à 2014 un montant annuel de CHF 60'000.- pour indemniser les propriétaires et/ou exploitants.

  • Le rapport de la commission nommée pour l'examen de la motion du 18 mai 2008.

Affaire à suivre...